Jam en question

En ce printemps/été 2020, la pandémie sévit, les restrictions nous empêchent de danser ensemble
et on réfléchit à l’avant, à l’après… à nos souhaits

Je voudrais partager avec vous une série de questions sur la pratique du Contact Improvisation, afin d'interroger nos habitudes, besoins et schèmes divers.

Certaines sont tirées de discussions entre praticien·nes de Contact Improvisation en France et en Allemagne, glanées personnellement à des festivals, d’autres sont traduites et/ou adaptées du pamphlet (très centré sur une pratique et des mœurs nord-américaines) de Keith Hennessy Questioning Contact Improvisation. En voici la photo de couverture (Crédit photo : Robbie Sweeney (sujets touchants-touchés : Megan Lowe, Shira Yaziv, Kaitlin Guerin), vous pouvez vous le procurer en anglais à cette adresse : http://circozero.org/zine

 

Pourquoi je vais à une jam ?

Est-ce que je vais aussi à des cours ou des festivals ?

parce que je n’ai rien d’autre à faire

ça me défoule en fin de semaine

pour la composition dans l’espace

pour éprouver un contact physique ni sexuel ni sexué

pour toucher et être touché·e

parce que c’est une forme de sport

pour l’espace de liberté et de créativité collective

pour les instants de poésie

pour ne pas être seul·e

 

Qu’est-ce que le Contact Impro m’apporte réellement ?

 

Est-ce que je vois toujours les mêmes personnes et les mêmes corps à la jam ?
de quel milieu, âge, type, quartier, horizons, origines ?

Est-ce que je voudrais que ça change ?
Qu’est-ce que je pourrais faire pour que ça change ?

 

Est-ce qu’on se touche dans ma famille (plus que la bise et une tape dans le dos ? ; Avant et après l’arrivée de Covid19 dans nos vies)

Est-ce qu’on se tient par la main ou se prend dans les bras plusieurs minutes d’affilée ?

Est-ce que mes ami·es non danseur·euses, non-habituées des pratiques somatiques entendent mon intérêt et ma joie pour le Contact Improvisation ?

Est-ce que je me sens libre de leur en parler ? vraiment en détails ?

Est-ce que les personnes avec qui j’entretiens une relation intime m’accompagnent à ces cours/festivals/jams ?

Est-ce que ma-mon-mes compagnon·nes  ou proches comprennent cette forme de danse ?

Est-ce que je ressens de l’envie ou de la jalousie de leur part ?

 

[oui, ces questions sont confrontantes, pas besoin de tout gober d’un coup ; fais une pause, secoue-toi, lâche la mâchoire et la voix, reprends un autre jour si nécessaire]

 

Est-ce que ma-mon-mes compagnon·nes  ou relations intimes comprennent cette forme de danse ?

Est-ce que je ressens de l’envie ou de la jalousie de leur part ?
S’en sont-elles-ils-iels déjà ouvert·es à moi ?

Auraient-elles/ils/iels des raisons ?

Est-ce que ma danse est un reflet de ma/mes sexualités ?

Est-ce que je me retiens ou évite des gestes en particulier

par peur de déranger ?

par peur d’être jugé·e ?

 

Est-ce que j’ai déjà été touché·e de manière inappropriée ?

Est-ce que j’en ai parlé directement

à la personne concernée ?

à l’organisateur·ice de la jam ?

Est-ce que j’ai communiqué, par écrit si ce n’est à l’oral, à ce sujet par la suite ?

Est-ce que j’ai vraiment su exprimer mon ressenti ?

Pourquoi, si je ne l’ai pas fait, est-ce que je ne me sentais pas en confiance de le faire ?

 

[si à ce stade, tu as besoin de consigner quoi que ce soit par écrit, dessin, enregistrement vocal, vas-y, on pourra en discuter lors d’un forum bienveillant et non-jugeant, les réponses peuvent aussi se récolter de façon anonyme]

 

Est-ce que je danse de la même façon avec

les filles-cis ? les garçons-cis ?

[n.b. : CIS = PAS trans*sexuel, ni trans*genre, ni trans*fluide]

les personnes trans* ?

les personnes queer ?

les personnes âgées ?

les personnes racisées ?

les personnes non-binaires ?

les personnes à mobilité réduite ?

 

Qu’est-ce qui me gêne au fond ?

Est-ce que je voudrais mais je n’ose pas ?

Qu’est-ce que je pourrais faire pour que ça change ?

 

Est-ce que Marseille danse le CI différemment
des autres villes de France ou d’autres territoires, pays, cultures ?

 

Si mon corps est mon territoire, est-ce que je      le défends ?

le protège ?

le partage ?

 

Est-ce que je programme la façon dont je vais danser avec tel ou tel corps ?

avec telle ou telle personne ?

 

Est-ce que je m’en remets aux énergies ?

                                      à la magie de l’instant ?

 

Est-ce que je suis plus à l’écoute des autres que de ma propre entité corps-esprit ?

de ma propre âme dansante ?

 

Est-ce que je m’en vais toujours quand je sens qu’une danse est terminée pour moi ?

 

Qu’est-ce que le Contact Impro m’apporte réellement ?

 

[tu es arrivé·e ici ! Si le cœur-corps-âme t’en dit, contacte Aude [oddinmotion @ lilo.org]
pour en discuter lors d’un forum ou rencontre avec d’autres corps dansants]